Accueil
Le Club
Les 5 heures BEX de Saint Joseph 2017
La section tourisme
La section sportive
Résultats 2017
Classements 2017
Galerie d'images
Vidéos
Téléchargements
Contact
Liens utiles
Livre d'or
Zone MEMBRES

Historique du club

1961 : Création de l’Auto Moto Club Eau Noire Nismes, il est alors parrainé par un autre club de la province.

1962 : Naissance de l’Auto Moto Club Eau Noire Nismes, le parrainage imposé par la fédération est terminé.

1962-1972 : Pendant ces années, organisation de plusieurs Moto Cross Régionaux.

1973 : 1er Championnat de Belgique, début des courses de côte, 1ère concentration touristique « Les Sabotiers ». [Elle se tient chaque lundi de Pâques depuis].

1983 et 1984 : Grass track à Mariembourg

1984 : Grand Prix de Belgique 250cc [grand prix = championnat de monde] Plus de 12.000 spectateurs !!

1984-1988 : Désaccord financier avec l'administration communale qui impose un déménagement à Géronsart ;on y organisera 2 Moto Cross Internationaux et le Grand Prix de Belgique 125cc en 1987.  Retour à Nismes sur le circuit St Joseph en 1988.

1989 : Championnat de Belgique Inters.

1990 : Championnat de Belgique Inters.

1991 : Grand Prix de Belgique 250cc. Plus de 13.000 spectateurs !!

1992-1995 : Championnats annuels de Belgique Inters 125cc, Inters250/500cc et Side Cars.

1996 : Championnat de Belgique 125cc et Finale du Championnat de Belgique 250/500cc.Plus de 11.000 spectateurs.

1997 : LE MOTO CROSS DES NATIONS : 33 nations engagées et plus de 35.000 spectateurs. Cerise sur le gâteau, notre équipe nationale bat les américains; Joel Smets, Stephan Everts et Marnicq Bervoerts animeront une fête un peu improvisée qui restera dans toutes les mémoires, ils ont gagné!!!

 LE SOIR, lundi 8 septembre 1997 (Un dossier de Guy Boonen)

La grand-messe du motocross

Dimanche, 33 nations de tous les continents découvriront les charmes de Nismes, perle scintillant dans un décor fascinant.

Le plus grand cross du monde, le Motocross des Nations, véritable championnat du monde inter-pays qu'aucun champion ni aucune Fédération ne voudraient manquer, sous aucun prétexte, aura lieu le week-end prochain en Belgique.

Cette véritable grand-messe solennelle du motocross international est célébrée, chaque année avec emphase, en guise de clôture de la saison internationale, par les pontifes de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM). Le choix du lieu de culte est étudié et attribué avec le plus grand soin en fonction de la qualité du pays organisateur et, aussi, selon un dosage savant.

Car les demandes abondent. Et la FIM ne saurait toutes les honorer. Ainsi, il aura fallu patienter 14 années avant que l'évènement, vécu pour la dernière fois chez nous en 1983, à Angreau, refasse escale en Belgique. Et l'on peut craindre qu'il faille attendre aussi longtemps avant qu'il y revienne. Evénément rarissime, donc, les «Nations» justifient l'ampleur et l'engouement qu'elles suscitent, tant dans notre pays que parmi les nations voisines.

Durant toute la semaine, les meilleurs pilotes de motocross du monde sillonneront la région dans un rayon que le succès de l'organisation a déjà fait reculer à plus de 50 kilomètres de son axe central et, sans faire preuve d'un optimisme débridé, on peut attendre 30.000 spectateurs sur les hauteurs de l'Eau Noire.

Il va sans dire que toute la région est mobilisée. Les restaurants, les cafés, les magasins, les hôtels, les villages de vacances, les campings et les gîtes ruraux seront pris d'assaut. De Charleroi à Charleville-Mézières, plus de 2.000 chambres ont déjà trouvé acquéreurs. A l'évidence, Nismes s'apprête à vivre une semaine agitée et un week-end effervescent.

Située à quelques coups d'accélérateur de la frontière française, l'entité de Viroinval et les 8 villages - dont Nismes - qui la composent présente, à vrai dire, le contexte idéal pour favoriser ce formidable afflux. Jouissant d'un situation géographique avantageuse, le circuit Saint-Joseph, tracé sur une colline, dans une ancienne carrière, autour d'un ancien four à chaux où l'on calcinait la pierre calcaire, a accompli depuis plus de 30 ans une évolution progressive qui lui donne l'allure d'un circuit naturel répondant aux critères modernes du motocross : spectaculaire, d'une rare exigence, idéalement panoramique et hautement technique.

Les spectateurs y découvrent, en outre, un panorama verdoyant phénoménal. Et le coup d'oeil y est sublime, la nature sauvage bondissant allègrement d'une colline à l'autre avec, tout en bas, la rivière qui serpente parmi les prés à la rencontre du petit village de Nismes, le bien nommé « Merveille de l'Entre Sambre et Meuse».Idyllique, vraiment !

Joël Robert est aussi nerveux qu'il y a 30 ans! Là, vous voyez, je suis nerveux. Vous ne me croirez pas, mais j'éprouve autant de pression qu'il y a 30 ans, lorsque je prenais part à un Grand Prix... Joël Robert est entré dans le jeu. D'un seul élan. Avec cette spontanéité et cette formidable volonté de s'engager qui l'ont si souvent caractérisé. Il assume, «gaz à fond de 5», sa tâche de manager de l'équipe nationale.

Une lourde tâche qui consiste à battre les Américains qui, depuis 1981, n'ont subi que 2 défaites : l'une face à l'Angleterre en 1994, l'autre pour la plus grande joie des Belges l'année suivante. A Nismes, gagner est presque un devoir. Et pourtant, ce ne sera pas simple. Everts est hypermotivé. Il veut mettre la «caisse» aux Américains et je crois que, dans la forme qui est la sienne, il peut réussir. Smets est de taille à surprendre, même si certains doutent de l'efficacité de son «4 Temps» à Nismes. J'ai cependant confiance en Joël qui n'utilisera pas la 440 cc, comme on le pensait, mais sa 610 cc, laquelle s'est révélée plus rapide lors des essais. Reste Bervoets. Marnicq a accepté de remplir le rôle de 3e homme et de se dévouer pour rouler en 125. Mercredi matin, nous avons reçu des pièces spéciales du Japon. Le résultat est concluant. Avec l'appui du public, il se sublimera...

Quoiqu'il en soit, l'ambiance au sein du team belge est excellente. Nous nous sommes très vite compris, affirment en choeur Everts, Smets et Bervoets en parlant de leur manager. Il faut dire que Joël Robert n'est pas un donneur de leçons superflues. Il estime que les champions qu'il dirigera ce week-end ont l'envergure et la maturité pour remplir leur contrat collectif en respectant chacun leur personnalité. Mon rôle consistera surtout à renforcer l'esprit d'équipe et à observer les trajectoires les plus favorables. Au cas où elles leur échapperaient...

Le Président Claude Danis : «Nous sommes au sommet!»

Heureux et fier, il l'était le président de l'AMC Eau Noire Nismes, mercredi dernier, en présentant à ses nombreux invités accourus de tous les coins de la Belgique et des pays avoisinants, une épreuve qu'il considère, avec raison, comme la récompense de 35 années d'activité et d'efforts persistants. Ceux d'un petit club de province qui ne vivait que pour sa foi dans le motocross. Une foi qui lui a permis de franchir, pied à pied, parfois avec abnégation, les étapes et... des montagnes de difficultés avant d'atteindre le sommet de l'Everest du cross, le Motocross des Nations. C'est un aboutissement auquel je n'aurais jamais osé prétendre voici 10 ans à peine, nous confiait Claude Danis. Un authentique sujet de satisfaction pour tous ceux qui sont restés à mes côtés et qui ont persévéré malgré les vicissitudes, voire les moments pénibles que nous avons eu à affronter depuis la fondation du club en 1962.

Heureux de pouvoir mettre le sport motocycliste en valeur, certes, notre interlocuteur ne cache pas aussi l'intérêt qu'il porte, à la faveur de cet événement exceptionnel, à toute une région dont les dispositions touristiques naturelles sont considérées comme un atout non négligeable. Les collectivités locales ont d'ailleurs parfaitement saisi l'importance de l'enjeu et l'opportunité en n'hésitant pas à s'investir parmi les parraineurs. L'enthousiasme de ceux qui collaborent à cette organisation est extraordinaire. Elle est le ferment de la réussite d'une organisation qui risquait de nous étouffer par son ampleur, poursuit le président du club.

Quelque 250 personnes occuperont une fonction déterminée. Elles seront mobilisées durant toute la durée du week-end. J'ajoute qu'un comité était déjà à pied d'oeuvre et fonctionnait depuis le mois de janvier 1996. Un investissement de plus d'un an et demi, et ce n'était pas du luxe, vous pouvez me croire ! [Petite réflexion glânée à la féfération: "On ne leur a pas dit que c'était impossible, alors ils l'ont fait!"]

Marc Parizel : «La sécurité, n'est pas une mince affaire». Lui, c'est le Monsieur Sécurité de l'organisation. Une sacrée responsabilité ! Marc Parizel est parfaitement conscient qu'il ne dormira pas beaucoup ces prochains jours et, probablement, pas du tout ce week-end.

En attendant d'affronter l'épreuve, il explique les importantes dispositions prises afin d'assurer la sécurité des pilotes et du public : Pour la toute première fois depuis son existence, le circuit sera entièrement ceinturé par une clôture de 2 mètres de haut, une manière efficace d'isoler l'enceinte par rapport aux parkings et aux campings voisins. La piste proprement dite sera complètement fermée par des barrières et, seuls des passages sévèrement contrôlés par des commissaires de piste permettront aux spectateurs de les franchir. En outre, le paddock consacré aux pilotes et à leur matériel sera gardé jour et nuit, dès ce lundi, afin de décourager les mauvaises intentions. Une trentaine de vigiles seront affectés à cette opération. Le service des commissaires de piste sera lui aussi impressionnant. On ne comptera pas moins de 85 commissaires. Un contingent qui ne sera pas trop important si l'on désire faire régner l'ordre. En plus de la police communale qui sera sur les dents, la gendarmerie, sera concernée par l'événement. L'organisation est, en effet, considérée comme une manifestation à risques. Plusieurs sections de gendarmes seront donc mobilisées à partir de vendredi matin. Au total quelque 200 gendarmes sillonneront les abords du circuit. Y compris un escadron à cheval...

Nous avons prévu de vastes parkings pour recevoir nos invités, ajoute Marc Parizel. Quelque 10.000 véhicules sont attendus à Nismes, ce week-end. Nous avons de quoi les accueillir et... les guider efficacement puisque 580 panneaux de fléchage ont été disposés tout autour de l'entité de Viroinval.

Pain bénit pour les commerces...

Branle-bas au combat. Ils arrivent ! La plupart des commerçants de Nismes s'apprêtent à accueillir la déferlante. On leur a annoncé trois fois (peut-être même quatre...) plus de spectateurs que l'an dernier, quand le mondial des 125 cc avait fait étape dans leur sympathique petit village. La semaine passée, pourtant, c'était encore le calme plat : rues quasi désertes, terrasses aux trois quarts vides. Signe d'une saison touristique touchant à sa fin et que seuls entretiennent encore quelques campeurs, pêcheurs invétérés pour la plupart, coupant d'un fil de nylon patient et obstiné le cours paisible de l'Eau Noire. Le calme avant la tempête, à vrai dire. Ainsi, au restaurant de la Rive Gauche, le vis-à-vis du café-restaurant arborant l'emblème du local du club organisateur : Nous avions plus que doublé notre chiffre d'affaires l'an dernier au cours du week-end du Grand Prix de Belgique 125. Nous pensons le quadrupler cette année avec le Motocross des Nations. Dommage, cependant, que nous manquions de précision sur les opérations entreprises dans le village...

Les spectateurs du motocross reviennent-ils sur le site en simples touristes plusieurs semaines plus tard ?

Parfaitement. Mais j'ai essentiellement reconnu des Belges et des Français. Par contre, le jour du Grand Prix, notre clientèle était très internationale avec des Suédois, des Hollandais, des Allemands, des Anglais, ... A la librairie «de l'Eau Noire», l'effort du propriétaire pour acceuillir les visiteurs est à la fois sympathique et attrayant. Ce commerçant n'a pas hésité à fignoler un étalage de circonstance avec de nombreuses affiches anciennes qui rappellent les organisations précédentes du club de Nismes et qui entourent, dans un décor de revues spécialisées, une Montesa de 1976, authentique et superbe dans sa robe uniformément rouge.

1998 : Grand Prix de Belgique 125cc.

1999 : Grand Prix de Belgique 250cc.

2000 : Championnat de Belgique Inters.

2001-2004 : Quelques années de pause...

2005 : Après une restructuration du Comité,Grand Prix de Wallonie MX1 et MX2 en collaboration avec MAS PROMOTION.

2006 : Championnat de Belgique Inters Open, Championnat de Wallonie dans la cadre du PCNA.

2007 : Championnat de Belgique Inters Open,Championnat de Wallonie dans le cadre du PCNA .

2008 : Championnat de Belgique Inters Open, Championnat de Wallonie dans le cadre du PCNA .

2009 : Championnat de Wallonie pour jeunes pilotes et amateurs FPCNA , Championnat de Belgique de Moto Cross Inters Open [-Avec la participation des pilotes du Mondial MX1], Ajout de la « Ronde des Ardennes françaises » [15 Août] (le club a le droit d'organiser une 2ième concentration en se classant dans les 25 premiers du championnat tourisme).

2010 : Concentration des sabotiers, annulation du motocross suite à un non respect des promesses financières d’un promoteur...Les touristes terminent 17è en 2010.

2011 : Retour du FPCNA, du Belgian National, des Side Cars et des Quads, encore 2 rondes, les sabotiers (lundi de Pâques)  et la « Ronde des vallées des eaux vives» [15 Août] ...Les touristes sont 20è au national.

2012 : Petits soucis au comité, annulation de la concentration des sabotiers le lundi de pâques, nouvelles structures du club, organisation de la "Ronde des vallées des eaux vives" le 15 août et  co-organisation avec le club d'Angreau de la COUPE DE L'AVENIR sur notre circuit les 6 et 7 octobre. Les touristes réalisent un superbe score: 16è au national avec 66496 kms parcourus...

2013 : Nos 2 rondes sont programmées aux dates habituelles. Organisation de la finale du championnat du monde side car cross le we des 21 et 22 septembre sur le circuit St Joseph. Pour la première fois de son histoire, la section tourisme se classe  7è au national, 10è au scratch et 11è en inter, avec un total de 170558 kms.

2014 : Nos deux rondes sont organisées aux dates habituelles. Organisation d'un RMT, les 5 heures de Saint Joseph, comptant pour le championnat de Wallonie le 13 juillet: belle réussite... La section tourisme se classe 6è au national, 10è en inter et 11è au scratch avec 197045 kms.

2015 : Rondes des sabotiers et des vallées des eaux vives aux dates habituelles. Organisation d'un RMT national le 19 juillet. Le club a été choisi pour organiser les départ et arrivée de la ronde FMB 2015 (brevet des 1000 kms) les 6 et 7 juin.

2016 : Les 2 concentrations de Pâques et du 15 août et le club organise les 2 premières manches du nouveau championnat de Belgique du Belgian Endurance Cross (BEX) en juillet.

2017 : En plus des 2 concentrations habituelles, le club organise la ronde provinciale de la SP Namur le lundi de pentecôte. L'organisation sur le circuit Saint Joseph reste à officialiser....

 

Histoire
© 2017 PARIMAR Editions